L’équipe de Stage Nature

Dans la mesure où la désistance est un processus affecté par la subjectivité́ et des questions d’identité́, il faut adopter une approche véritablement individualisée, adaptée aux besoins, aux points forts et aux dynamiques de changement de chaque individu.

En revanche, tous auront besoin d’une forte motivation pour enclencher ces changements, ce qui implique de la part du professionnel un rôle de conseil pour renforcer la motivation, de développer des « capacités humaines » qui leur permettront de commencer à vivre différemment le éducatif du professionnel, enseignement de méthodes cognitivo-comportementales, ainsi que d’accroitre les opportunités sociales nécessaires à un changement durable l’accompagnant joue un rôle de défenseur et de mise en réseau d’alliés autour de la personne dans son voisinage ou sa communauté.

Les instructeurs Nature et Aventure

Ils sont l’âme de la structure.

Tout en portant le stage déclics, ils sont garants des règles de discipline et de respect rendant possible la cohabitation et la mise en place des autres projets, notamment professionnels.

C’est leur capacité à contenir et canaliser les débordements du jeune, à résister à sa destructivité tout en le guidant dans la nature, qui permet la levée de ses défenses et l’instauration d’un lien de confiance.

Stage et Nature a pour principe d’accueillir et d’accepter le jeune tel qu’il est, en faisant abstraction de son passé, aussi lourd soit-il. Les instructeurs ont avant tout foi en cette éducabilité du jeune (Petitclerc, 2004), et il s’agit là d’un levier essentiel pour son évolution.

Les instructeurs sont en contact étroit avec les familles qu’ils informent de l’évolution de leur enfant. Les instructeurs Nature et Aventure accompagnent les participants dans l’acquisition des connaissances et compétences du carnet de l’aventure.

Les instructeurs socio-éducatifs

Ils veillent à la cohésion du groupe dans les activités quotidiennes et assurent le respect des valeurs de Stage Nature.

Ils sont le maillon essentiel permettant aux jeunes, qui ont pour la plupart connu un parcours scolaire difficile ou tourné le dos à l’école, de se réconcilier progressivement avec le savoir.

L’échec scolaire est en effet source de dévalorisation et fréquemment générateur de violence. C’est alors en leur démontrant l’intérêt d’une maîtrise minimale du français ou des mathématiques pour la réalisation des tâches du quotidien qu’ils vont pouvoir susciter en eux le désir de combler leurs lacunes et leur en communiquer les moyens, en même temps que la confiance en leur capacité de progrès.

Ce type de pédagogie correspond à une « école de la vie », qui part des besoins et aspirations de l’enfant dans son milieu naturel et s’adapte à lui plutôt que l’inverse.

En concevant un enseignement concret et sur mesure, qui place le jeune en position active et motivée de chercheur et d’expérimentateur, les instructeurs socio-éducatifs font ainsi le lien entre les différents savoirs théoriques issus de l’école et la pratique requise par les instructeurs formateurs.

En réintroduisant du sens dans les apprentissages, ils permettent dès lors la consolidation des connaissances nécessaire à leur formation professionnelle future.

Ils sont en contact étroit avec les pédopsychiatres et psychologues (externes ou internes) des jeunes afin de les soutenir au mieux dans leur évolution.

Les instructeurs socio-éducatifs collaborent également, dans la mesure du possible, avec la famille et veillent à la rendre présente dans la construction du projet du jeune, afin que ce dernier se sente porté, valorisé et soutenu par les siens.

Les instructeurs formateurs

Ils interviennent dans un deuxième temps afin de transmettre leurs connaissances professionnelles dans divers domaines d’activités (Horeca, boulangerie-pâtisserie, sanitaire, ébénisterie, plâtrerie-peinture, conciergerie, mécanique…).

Leur objectif est d’amener le jeune vers l’identification d’un secteur d’activité dans lequel il se verrait construire un projet d’avenir. Les instructeurs formateurs proposent ainsi une découverte de leur métier, et veillent également à faire connaître d’autres professions au jeune afin qu’il puisse élargir le champ de ses possibilités.

En procurant au jeune l’occasion et les moyens de construire quelque chose de ses mains, de transformer utilement une matière, d’investir un projet concret, les instructeurs formateurs lui offrent une formidable chance d’assouvir un désir profond, de se réaliser et de s’épanouir, dans une connexion avec la vraie vie.

Les instructeurs désistance sont en mesure de former les jeunes dans le cadre d’AFP ou de CFC.

Les thérapeutes

Ils veillent à ce que l’état physique et psychique du jeune soit compatible avec la poursuite de la mesure.

Ils l’accompagnent (en l’absence de thérapeute extérieur) dans un travail d’introspection permettant de potentialiser les progrès.

Cet accompagnement, sous la forme de séances individuelles ou de groupes de parole, est essentiel pour permettre au jeune de travailler sur son identité, se libérer d’un faux-self ou d’images dévalorisantes de lui-même.

Durant le temps d’écoute et de parole que les thérapeutes lui offrent, le jeune peut exprimer ses réflexions, ses doutes et ses frustrations. « Écouter, c’est permettre au jeune de mettre des mots sur son ressenti, sa colère, sa révolte. Et la mise en mots peut freiner la mise en actes » (Petitclerc, 2004).

En ce sens, la thérapie se veut autant préventive que curative. Les groupes de parole permettent développer ces capacités d’expression. Les thérapeutes contribuent à maintenir un lien positif avec les familles et peuvent pratiquer des thérapies familiales.

Le pédopsychiatre de la mesure gère la médication, le cas échéant. Une fois par semaine, un pédopsychiatre et une psychologue animent un groupe de parole au sein de la mesure, afin de fournir aux jeunes de nouveaux outils de communication ; ceux-ci leur sont utiles dans la gestion des conflits et frustrations vécus au sein de Stage Nature, et constitueront des ressources précieuses pour le reste de leur vie : en effet, il n’est pas de socialisation possible sans gestion des conflits.